Le 9 août, la liturgie nous propose de fêter sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix, vierge et martyre. Mais qui est cette sainte née sous le patronyme Edith Stein? Pasto s’est penché sur la question…

Née en 1891 dans une famille juive allemande, élève du philosophe Husserl, elle se convertit au catholicisme et rentre au Carmel en 1933. Parfaitement lucide sur le nazisme, elle poursuit son combat contre le mal qui se déchaîne. Elle meurt en 1942 dans les chambres à gaz d’Auschwitz, à la fois victime de la Shoah et témoin du Christ. Elle sera canonisée par Jean-Paul II le 11 octobre 1998.

Jean Paul II dira d’elle que sa rencontre avec le christianisme ne la conduit pas à renier ses racines juives, mais les lui fait plutôt redécouvrir en plénitude… En réalité, tout son chemin de perfection chrétienne se déroule sous le signe non seulement de la solidarité humaine avec son peuple d’origine (persécuté depuis la publication des lois antisémites), mais aussi d’un vrai partage spirituel avec la vocation des fils d’Abraham, marqués par le mystère de l’appel et des « dons irrévocables » de Dieu.

« Déclarer aujourd’hui Edith Stein copatronne de l’Europe signifie déployer sur l’horizon du vieux continent un étendard de respect, de tolérance, d’accueil, qui invite hommes et femmes à se comprendre et à s’accepter au-delà des diversités de race, de culture et de religion, afin de former une société vraiment fraternelle »