Depuis l’inauguration de l’église de Balata, réplique du Sacré-Coeur de Montmartre, le 9 août 1925, des milliers de fidèles, partant de Fort de France et de toute la Martinique, y viennent en pèlerinage le jour de la Fête du Sacré-Coeur (le troisième vendredi suivant la Pentecôte).

Vendredi 7 juin 10:00-12:00 – Eglise de Balata
Messe solennelle présidée par Mgr Michel Méranville

 

Le vendredi 7 juin 2013, les fidèles seront encore très nombreux à se rendre à l’église de Balata pour célébrer la fête du Sacré-Coeur de Jésus. Ce jour-là, la paroisse de Balata célébrera également sa fête patronale.

Le père Charles Aubrée, curé de la paroisse de Balata, nous a communiqué les horaires des différentes célébrations. La première messe, anticipée la veille, sera célébrée dès le jeudi 6 juin à 18h30, et le vendredi 7 juin, il y aura 4 messes : à 5h, 7h, 10h et 18h30. La messe de 10h sera présidée par Monseigneur Michel Méranville, archevêque de Saint Pierre et Fort de France. Le prédicateur sera le père Thierry Aurokiom.

Coeur de JésusLa dévotion au Sacré-Cœur de Jésus remonte aux premiers temps de l’Eglise, même s’il n’est pas encore possible de parler de culte du Sacré-Cœur.

Mais, ce sont les révélations du Christ à Marguerite-Marie Alacoque, visitandine de Paray-le-Monial, entre 1673 et 1675, et connues à partir de la publication posthume du livre la Retraite spirituelle de son confesseur le père Claude de La Colombière en 1684, qui vont marquer le renouveau de cette dévotion à partir du XVIII° siècle.

A notre époque, Jean-Paul II et Benoît XVI appelleront les fidèles à vénérer le Sacré-Cœur de Jésus.

Ainsi, Jean-Paul II, le 5 octobre 1986, écrira :

« Je souhaite vivement que l’on continue à diffuser avec persévérance le véritable culte du Cœur du Christ et que l’on s’efforce de trouver les moyens les plus aptes à sa présentation et à son application afin que l’homme d’aujourd’hui – avec la mentalité et la sensibilité qui lui sont propres – découvre en lui la véritable réponse à ses interrogations. »

Quant à Benoit XVI, il précisera son appel à l’occasion du premier Angélus du mois de juin 2008 :

« Chaque personne a besoin d’un « centre » dans sa propre vie, d’une source de vérité et de bonté où puiser dans différentes situations et dans la fatigue du quotidien. Chacun d’entre nous, lorsqu’il s’arrête en silence, a besoin de sentir non seulement le battement de son cœur, mais, plus en profondeur, les battements d’une présence fiable, perceptible avec les sens de la foi et toutefois beaucoup plus réelle : la présence du Christ, le cœur du monde. J’invite par conséquent chacun à renouveler tout le long du mois de juin sa dévotion au Cœur du Christ, en valorisant aussi la prière traditionnelle d’offre de la journée et tenant présentes les intentions que j’ai proposées à toute l’Église. »

Voici enfin deux prières, la première de Saint Claude de La Colombière, et la seconde de Sainte Marguerite-Marie Alacoque, qui permettent d’entrer dans la spiritualité du Sacré-Coeur :

 

Sacré Cœur de Jésus, apprenez-moi le parfait oubli de moi-même, puisque c’est la seule voie par où l’on peut entrer en vous. Puisque tout ce que je ferai à l’avenir sera à vous, faites en sorte que je ne fasse rien qui ne soit digne de vous ; enseignez-moi ce que je dois faire pour parvenir à la pureté de votre amour, duquel vous m’avez inspiré le désir. Je sens en moi une grande volonté de vous plaire, et une plus grande impuissance d’en venir à bout sans une lumière et un secours très particuliers que je ne puis attendre que de vous.

Faites en moi votre volonté, Seigneur ; je m’y oppose, je le sens bien, mais je voudrais bien ne pas m’y opposer : c’est à vous à tout faire, divin Cœur de Jésus-Christ, vous seul aurez toute la gloire de ma sanctification, si je me fais saint ; cela me paraît plus clair que le jour ; mais ce sera pour vous une grande gloire, et c’est pour cela seulement que je veux désirer la perfection. Ainsi soit-il.

O très amoureux Cœur de mon unique amour Jésus, ne pouvant vous aimer, honorer et glorifier selon l’étendue du désir que vous m’en donnez, j’invite le ciel et la terre de le faire pour moi ; et je m’unis à ces ardents séraphins pour vous aimer. O Cœur tout brûlant d’amour, que n’enflammez-vous le ciel et la terre de vos plus pures flammes pour en consommer tout ce qu’ils enserrent, afin que toutes les créatures ne respirent que votre amour ! Changez-moi tout en cœur pour vous aimer, en me consommant dans vos plus vives ardeurs.

O feu divin, ô flammes toutes pures du Cœur de mon unique amour Jésus, brûlez-moi sans pitié, consommez-moi sans résistance ! O amour du ciel et de la terre, venez, venez tout dans mon cœur pour me réduire en cendres ! O feu dévorant de la Divinité, venez, venez fondre sur moi ! Brûlez-moi, consommez-moi au milieu de vos plus vives flammes, qui font vivre ceux qui y meurent. Ainsi soit-il !

En savoir plus
La messe de 10h, présidée par Mgr Michel Méranville, sera diffusée en direct sur Radio Saint Louis.

(source : site diocésain)