Aujourd’hui, sur le Net, les réseaux sociaux sont omniprésents. Les internautes en raffolent, les jeunes en redemandent et les réseaux spécialisés (rencontres, amitié, vie professionnelle, photos) se multiplient.

En Martinique, comme ailleurs, nous avons nos petits préférés : Facebook, Netlog, Myspace, Twitter, etc. En tant que jeunes chrétiens, nous devons rapidement nous positionner. En effet, ces réseaux sont-ils, pour nous, des outils de communication ou des outils de « makrélage » intensif ?
LibresAvoir plus de 500 « amis », est-ce bien réel ? Que cache cette quête d’amitié à l’infini ? Pourquoi un tel besoin de surexposition et de « starisation » ?

Avec les réseaux sociaux, la notion d’amitié est largement galvaudée.
1 clic = 1 nouvel ami ? Parfois, nous acceptons sur notre compte Facebook, des personnes qui nous sont totalement inconnues sans doute parce que « ça ne coûte rien (soi-disant) de faire connaissance ». Hélas, sur Internet, cela fait bien longtemps que les amis de vos amis ne sont pas forcément vos amis…

La diffusion de photos et de vidéos

Nous savons tous que de nombreuses photos volées sont à l’origine de scandales destructeurs qui commencent sur Internet et se poursuivent dans la vraie vie. Protégeons-nous !

Il faut traiter le problème à la racine : avec nos smartphones, la 3G (bientôt la 4G) et les virus informatiques, on doit se dire qu’une photo prise est toujours susceptible d’être utilisée, même à votre insu. Evitons les poses suggestives même à titre personnel et par-dessus tout, en tant que chrétien !

C’est vrai que le droit à l’image existe mais il est souvent bafoué. Par ailleurs, les recours judiciaires ne guérissent pas les blessures engendrées dans le temps par la diffusion d’une photo ou d’une vidéo personnelle.

Le droit à l’oubli

Le temps ? Combien de temps faut-il pour oublier une publicité dans un magazine ? 10, 20, 30 minutes ou 24 heures selon les spécialistes du marketing. Combien de temps faut-il pour oublier une photo volée ou une vidéo humiliante ? 2 jours, 2 mois, 3 ans ou…

Malheureusement, Internet a une très bonne mémoire et ne laisse pas beaucoup de place pour le droit à l’oubli : le droit de changer, le droit de penser différemment en grandissant, le droit d’être libéré d’un passé pour laisser naître une personne nouvelle…

Bien sûr, nous ne sommes pas en train de dire que ces outils de communication sont mauvais mais il faut les utiliser à bon escient, avec prudence, avec modération, avec le discernement chrétien.

Pour preuve, aujourd’hui, Pasto possède un compte Facebook / Twitter et de nombreux religieux s’y sont mis : c’est donc aussi un nouveau moyen d’évangélisation.

Prions pour toutes les personnes blessées par une « hyper-exposition » malsaine sur les réseaux sociaux.
Que l’Esprit Saint nous éclaire et nous guide.